Toutlemonde.fr


Disposer d’un site propre semble devenir l’apanage de modernisme en matière de communication pour les collectivités territoriales. Dès lors, ces dernières s’obligent à en créer : ainsi avons-nous assisté depuis quelques années à une profusion de sites Internets communaux et intercommunaux.

Alors, en créant celui de notre commune, avons-nous cédé à la mode par pur snobisme ?
Je répondrais à la fois Oui et Non 

OUI dans la mesure où cette nouvelle technologie de l’information et de la communication est largement adoptée par les divers publics et il serait incongru de ne point l’utiliser.

NON car nous ne voudrions pas le réduire, comme le font beaucoup de communes, à un site essentiellement « administratif » (c’est-à-dire une transposition sur le net des services administratifs) mais en faire un outil de communication vivant, en perpétuel mouvement et riche des apports des un(e)s et des autres à titre personnel ou associatif…

Après quelques mois d’essais concluants, le site de la commune de Toutlemonde (http://toutlemonde.fr) prend date officiellement le 29 mai 2010.

On peut noter que, à bien des égards, il est remarquable : très convivial, il offre une arborescence qui permet d’aborder des rubriques diversifiées traitant de la plupart des activités, de la vie de notre commune…

Et potentiellement très intéressante, cette rubrique qui permet à chaque Toutlemondais(e) qui le souhaite de partager son expérience, ses études et ses observations, son savoir-faire avec les autres.
Exemples : un récit de voyage, un conte, un poème, une proposition de devinettes, de mots croisés, d’étude sur les batraciens nocturnes et que sais-je encore !…

Bref, c’est à nous tous de donner à ce site sa singularité, sa vitalité qui lui permettra d’être vraiment différent des autres.

Ayons donc le réflexe de l’alimenter autant que faire se peut en évitant toutefois la polémique tendancieuse qui nuirait à l’esprit pour lequel il a été créé.

Pour finir, je voudrais féliciter la commission  « Communication » pour la mise en place de ce site et remercier plus particulièrement Mademoiselle Lucie ALBERTO qui l’a réalisé et Monsieur Gérard HAMON de sa contribution assidue.

 

Jacques BOU

Venez à Toutlemonde Bouge le samedi 10 juin 2017 de 13h30 à 18h à la salle des sports !
TOUTLEMONDE, un écrin de nature entre lacs et forêts
Toutlemonde

1 263 hectares 
1 208 habitants

 
Maire: Mr Jacques BOU

Envoyer_un_Mail
 02 41 55 02 16

toto

Flore et faune

Véritable écrin de nature entre lacs et forêt, le territoire de notre commune renferme une flore et une faune dignes d’intérêt. Il possède même en son sein un joyau caché, avec la ZNIEFF de la Challoire [Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique]. Attention : propriété privée - pas d’accès sans autorisation.


 

La fritillaire à damier est présente en plusieurs lieux

Suite aux travaux de prospection menés dans toute la région, essentiellement par l’association Mauges Nature, la richesse écologique du secteur de la Challoire avait été repérée dès les années 1980. Après une première description faite en 1988 et une mise à jour en 1998, la zone a été officiellement répertoriée en tant que ZNIEFF de type 1 deuxième génération sous l’identifiant régional N°00002006.

La description qu’en fait le site Internet de la région relatif à l’écologie www.pays-de-loire.ecologie.gouv.fr à sa rubrique Nature & Paysages est la suivante :
« Petit ensemble composé d’un étang possédant une riche végétation aquatique et rivulaire, et de prairies humides. Celles-ci hébergent un cortège floristique tout à fait remarquable pour les Mauges, notamment en ce qui concerne les orchidées, avec une espèce protégée au niveau national. » Plusieurs espèces d’orchidées sauvages y sont présentes, ainsi que la spirée filipendule, très rare dans les Mauges.

 

 

L’orchis mâle est une orchidée sauvage assez répandue


Naturellement, quelques oiseaux d’eau relativement communs fréquentent régulièrement l’étang, parmi lesquels le héron cendré [Ardea cinerea], le canard colvert [Anas plathyrynchos] et  la foulque noire [Fulica atra]. Il y a plusieurs années, un cygne tuberculé [Cygnus olor] s’y était installé quelque temps. Enfin, le moyen duc [Asio otus], un très chouette hibou, y tient parfois ses quartiers d’été.

 

 

La foulque noire, aux allures de poule d’eau

 

 

Le hibou moyen duc

 

La petite route qui joint la chapelle de l’Arceau, face au stade, à l’étang de la Challoire constitue déjà à elle seule une agréable promenade riche de trésors floristiques. Avec un brin d’attention, vous pourrez au printemps y découvrir quelques pieds de fritillaires à damier [Fritillaria meleagris], une élégante liliacée qui affectionne les milieux humides. Paune, gogane, coccigrole, pintadine, tulipe des prés, ses dénominations vernaculaires multiples témoignent de sa large répartition et de son abondance passées. Aujourd’hui, la fritillaire est en danger, menacée de disparition en France avec la raréfaction de ses biotopes de prédilection. Primevères acaules [Primula acaulis] et autres sceaux de Salomon [Polygonatum multiflorum] y sont également fréquents.

 

 

La délicate primevère acaule

 

 

Le muguet multiflore, ou sceau de Salomon

 

Boisée et joliment encaissée, la vallée du Trézon ne manque pas de charme. Au-delà des belles vues offertes, en ouvrant l’œil et en prêtant l’oreille, vous pourrez sûrement y découvrir aussi quelques trésors de la nature. Piverts [Picus viridis], pics épeiches [Picoides major] et épeichettes [Picoides minor] fréquentent le secteur. La sittelle torchepot [Sitta europaea] est aussi présente. Le raffut excité qu’elle mène permet de la localiser facilement. Vous pourrez alors observer son curieux manège. C’est en effet le seul oiseau à descendre le long des troncs la tête en bas.

 

 

La sittelle n’hésite pas à s’approcher des habitations

 

Nous ne saurions conclure cette page relative au patrimoine naturel sans émettre une recommandation. La nature est fragile. Hormis quelques espèces communes et abondantes, telles la primevère officinale [Primula officinalis] ou la ficaire fausse renoncule [Ficaria verna], évitez de cueillir les fleurs sauvages. Gardez-en plutôt le souvenir photographique... beaucoup moins éphémère.

 

Davantage de massifs fleuris ?
Oui
Non
Ne sait pas

Dernier message:
le 10-02-2017 à 15h01

Discussion: drole ca