Toutlemonde.fr


Disposer d’un site propre semble devenir l’apanage de modernisme en matière de communication pour les collectivités territoriales. Dès lors, ces dernières s’obligent à en créer : ainsi avons-nous assisté depuis quelques années à une profusion de sites Internets communaux et intercommunaux.

Alors, en créant celui de notre commune, avons-nous cédé à la mode par pur snobisme ?
Je répondrais à la fois Oui et Non 

OUI dans la mesure où cette nouvelle technologie de l’information et de la communication est largement adoptée par les divers publics et il serait incongru de ne point l’utiliser.

NON car nous ne voudrions pas le réduire, comme le font beaucoup de communes, à un site essentiellement « administratif » (c’est-à-dire une transposition sur le net des services administratifs) mais en faire un outil de communication vivant, en perpétuel mouvement et riche des apports des un(e)s et des autres à titre personnel ou associatif…

Après quelques mois d’essais concluants, le site de la commune de Toutlemonde (http://toutlemonde.fr) prend date officiellement le 29 mai 2010.

On peut noter que, à bien des égards, il est remarquable : très convivial, il offre une arborescence qui permet d’aborder des rubriques diversifiées traitant de la plupart des activités, de la vie de notre commune…

Et potentiellement très intéressante, cette rubrique qui permet à chaque Toutlemondais(e) qui le souhaite de partager son expérience, ses études et ses observations, son savoir-faire avec les autres.
Exemples : un récit de voyage, un conte, un poème, une proposition de devinettes, de mots croisés, d’étude sur les batraciens nocturnes et que sais-je encore !…

Bref, c’est à nous tous de donner à ce site sa singularité, sa vitalité qui lui permettra d’être vraiment différent des autres.

Ayons donc le réflexe de l’alimenter autant que faire se peut en évitant toutefois la polémique tendancieuse qui nuirait à l’esprit pour lequel il a été créé.

Pour finir, je voudrais féliciter la commission  « Communication » pour la mise en place de ce site et remercier plus particulièrement Mademoiselle Lucie ALBERTO qui l’a réalisé et Monsieur Gérard HAMON de sa contribution assidue.

 

Jacques BOU

L'école vous attend pour sa matinée Travaux qui aura lieu le samedi 4 mars 2017 à partir de 9h00
TOUTLEMONDE, un écrin de nature entre lacs et forêts
Toutlemonde

1 263 hectares 
1 208 habitants

 
Maire: Mr Jacques BOU

Envoyer_un_Mail
 02 41 55 02 16

toto
NOS VIEILLES PIERRES
 
 
Les ruines de l’ancien château-fort de La Crilloire (XIV ou XVe) (propriété privée)
Détruit en 1793 et incendié en 1794, il ne subsiste actuellement que la base des tours et les douves. Il était fort curieusement situé au fond d’une vallée coupée jadis par de nombreux étangs, il formait un quadrilatère irrégulier avec cour intérieure flanquée de quatre énormes tours rondes. Une porte unique à pont-levis en permettait l’accès.
 
 
L’ancienne chapelle Saint Hilaire (XVe)
Devenue Salle Paroissiale en 1964-66 (Place du 8 août 1944).
Après avoir subi maintes transformations, il ne subsiste que quelques témoins de son état originel :
          portail orné d’un tore, sans clocher.
        sur la façade, deux croix de Malte sculptées sur des consoles en granit (elles font penser que le fondateur de cette chapelle fut peut-être un chevalier de Malte).
          À l’intérieur, bénitier et crédence en granit.
         La plupart des tirants des charpentes ornés d’étoiles, de têtes des XVe et XVIe siècle, et d’inscriptions latines ont malheureusement été vendus lors de travaux de restauration.  
 
 

La chapelle de Notre-Dame de l’Arceau (1626)
Petit oratoire de dimension modeste, surmonté d’une croix de granit, il fut le but autrefois de nombreux pèlerinages, notamment pour les femmes « en mal d’enfants » qui venaient y implorer la vierge.
 
 
 
 
"La Cure" (XVIIe) (propriété privée)
Cet ancien presbytère, situé à 300 mètres de l'ancien Château de la Crilloire, abritait également un petit oratoire dont il ne subsiste plus que la porte en granit.
Sur la clé de voûte de l'entrée principale est gravée 1775, date de restauration, accompagnée de trois lettres CHE, diminutif de Chemineau maître maçon à Maulévrier.
Deux trumeaux, témoins du passé,  ont dû être restaurés après avoir été blanchis à la chaux lors des guerres de Vendée.
Seulement six curés se sont succédé à "La Cure", a priori de 1668 à 1790.
Le premier étage accueillit provisoirement une classe de filles de 1902 à 1904 en attendant l'ouverture  de l'école libre de filles.
 
 
 
Le presbytère (1845) 
Sa construction fut financée par l’offrande des paroissiens.
 
 
L’église (1855) « Notre Dame de la Nativité »
Notre Église a été construite en 1855, et fait partie des plus âgées du 19ème siècle. L’architecture imite le 13ème siècle, dans le style néo-ogival, plus petit, plus solide, les ouvertures étant plus étroites.
L’autel renferme un coffret contenant les reliques des Saints Martyrs Patient et Claire.
 
L’intérieur et les vitraux de l’édifice ont été restaurés dans les années 1965/1970. Nous pouvons observer la beauté exceptionnelle du vitrail gauche riche en couleurs, au dessus des fonds baptismaux.
Le clocher, abritant trois cloches, fut réparé en 1958.
 
 
 
 
La Mairie (1865), construite à l’emplacement de l’ancien cimetière.
De 1869 à 1941 les 2 ailes servirent d’école publique, l’une pour les garçons, l’autre pour les filles.
Ce bâtiment regroupe actuellement les locaux administratifs de la mairie, le bureau de poste, le restaurant scolaire et le foyer des jeunes. 
 
 
 
 
Le château de La Crilloire (1847) (propriété privée)
Construit par Étienne Formon, il est toujours habité par ses descendants.
 
 
 
L'ancien lavoir communal (XIXe), situé sur les bords du Trézon, transformé en 1875 et 1950, fut détruit en 1970. Il n'en subsiste plus que le mur de soutien.
Depuis le 1er mars 2008, "Le Bassin des Lavandières" est devenu réserve d'incendie.
 
 
 
Le château des Coteaux (fin XIXe) (propriété privée)
Situé route de Chanteloup.
 
 
 
 
 
 
 
L’école libre, construite en 1904, fut baptisée tardivement « école Louis Ferrand », lors de son centenaire en 2004.
 
 La Vierge du Pied du Four (Notre-Dame de La Paix) (2/03/1947)
Au cours d’une mission d’action de grâces, cette vierge fut portée en procession par les otages et prisonniers des 7 et 8 août 1944. Elle s’appelle également « Notre- Dame de Toutlemonde » en souvenir de la guerre.
 
Le Calvaire des Loges, érigé en 1927,
devenu monument aux morts de 1970 à 2010.
 
 
 La Statue du Sacré-Coeur (1936)
 
 
La Croix de Coq Berlande (1850)
 
La Croix de Grand Pin
 
Le calvaire « du bas du bourg » (Lieu-dit L’Arceau) 
 
 
 
Cliquer sur les liens ci-après pour télécharger les fiches précisant l'emplacement des différents édifices.
 
 
 
 
 

 

Davantage de massifs fleuris ?
Oui
Non
Ne sait pas

Dernier message:
le 10-02-2017 à 15h01

Discussion: drole ca